L’amour dans la famille : compréhension, acceptation et protection

L’amour dans la famille est la nourriture qui donne à tout sa colonne vertébrale. Grandir, être éduqué et faire partie de ce premier scénario favorable, riche en affection, en valeurs et en sécurité est sans aucun doute un stimulant exceptionnel pour la santé psychologique de chaque personne. Une partie de ce que nous sommes aujourd’hui est due, dans de nombreux cas, à ces premières expériences et aux liens créés avec nos parents.

Salvador Minuchin, psychiatre argentin et créateur de la thérapie familiale structurelle, avait coutume de dire que, dans chaque culture, la famille est celle qui donne à ses membres une identité propre. Cependant, elle le fait de deux manières opposées : elle nous donne un sentiment d’appartenance et, en même temps, le désir d’en être séparé. Bien qu’elle puisse sembler contradictoire, elle a son explication et son enseignement précieux.

Nous faisons tous partie d’un héritage familial, de ce petit noyau social où se trouvent nos racines. À son tour, et quel que soit l’amour que nous portons à nos proches, le but de tout enfant est de s’éloigner de ses parents à un moment donné. Faire sa propre vie et construire sa propre réalité avec d’autres personnes est ce qui est attendu, ce qui est nécessaire et ce qui, en fin de compte, définit notre développement humain.

L’affection est, dans tous les cas, le fil conducteur des bonnes relations. Cependant, il ne suffit pas d’aimer, il faut bien aimer pour que cette famille soit saine et fonctionnelle. Allons plus loin.

L’amour dans la famille et les éléments qui la composent

La Journée de la famille est célébrée chaque 15 mai. Comme nous l’expliquent les Nations unies, nous avons encore de nombreux fronts à couvrir dans les années à venir, notamment en raison de la crise sociale et économique qui pourrait s’ouvrir dans un avenir proche. Nous devons donc améliorer la politique de protection des familles, soigner l’aspect de la conciliation et répondre à tous les besoins dans un monde de plus en plus complexe et changeant.

Le rôle qu’ils jouent dans notre société en matière d’attention, d’éducation et de soins aux enfants est indéniable. La famille est, en fin de compte, la base du développement humain et aussi le pilier qui favorise la transformation sociale. Par conséquent, ce n’est pas seulement le noyau primaire dont il faut s’occuper en termes de bien-être et de ressources économiques. Un pilier que nous ne pouvons pas négliger est, sans aucun doute, le pilier psychologique.

Différents types de familles et les mêmes droits

L’amour dans la famille devrait toujours être présent, quelle que soit la façon dont elle est constituée. Il existe des pères et des mères célibataires qui choisissent également de vivre l’aventure de la maternité en solitaire. Des familles élargies vivent sous le même toit : enfants, parents et grands-parents font face ensemble aux difficultés, profitent ensemble de l’éducation des petits.

Dans notre société, il existe également des familles homoparentales, ce qui prouve que la diversité fait également partie de notre réalité quotidienne et que, en tant que telle, elle mérite notre respect et notre normalité. La formation de ces noyaux sociaux favorise la transmission de valeurs, l’affection, le bon développement physique, émotionnel et psychologique des plus jeunes, ainsi que l’attention portée à ces composantes qui composent tout système familial sain et fonctionnel.

Le bon amour dans la famille, celui qui nourrit et ne limite pas

L’amour au sein de la famille doit être sain et agir, à son tour, comme ce soutien à partir duquel chaque membre trouve la sécurité pour continuer à grandir, pour prendre ses propres décisions en sachant qu’elles sont respectées.

Ainsi, et comme nous le savons, il existe des amours qui mettent un veto, qui restreignent le bon développement psychologique et émotionnel de tout enfant. On parle, par exemple, d’hyper-protection, de cette affection excessive qui ne permet pas d’être, qui domine et limite.

Il est important que chaque famille comprenne qu’au-delà de l’aspect économique, des ressources meilleures ou moins bonnes, il y a sans aucun doute l’aspect émotionnel. Peu importe où un enfant va à l’école, combien de jouets ou de vêtements il a si les aspects suivants ne sont pas pris en compte.

Cette deuxième dimension est un autre aliment de base. Savoir que nous sommes aimés, quoi que nous soyons et quelle que soit la décision que nous prenons, est une chose dont nous avons toujours besoin de la part de nos proches.

Une chose est claire pour nous tous : aimer, c’est prendre soin. Peu de choses sont aussi réconfortantes que de se sentir toujours protégé et pris en charge par les personnes que l’on aime et, à son tour, de pouvoir offrir la même chose à ceux qui prennent soin de nous.

Pour conclure, rien n’est aussi important que l’amour dans la famille, celui qui enveloppe et qui sait lâcher prise en même temps. Savoir clairement où sont nos racines, mais être libre de créer la vie que nous voulons, est un nerf psychique du bonheur.