La médecine douce : est-elle efficace ?

La médecine douce ou alternative attire de plus en plus de Français. L’esprit premier de cet engouement réside dans la volonté de retourner aux sources. L’OMS a même accepté de mettre en place une stratégie de revalorisation de ces médecines longtemps stigmatisées. Sont-elles réellement efficaces? Permettent-elles réellement de lutter contre les pathologies?

Qu’est-ce que la « Médecine douce »?

Connue sous le nom de médecines alternatives ou médecines traditionnelles, la médecine douce concerne toutes pratiques qui ne requièrent pas l’utilisation de molécules chimiques pour les traitements. Chacune d’elle se réalise avec des méthodes atypiques en se basant sur une philosophie qui leur est propre. Les médecines douces servent à prévenir certains maux, à les guérir et à les soulager. Beaucoup de personnes souffrantes de maladies graves combinent leurs traitements avec la médecin douce. L’OMS compte plus de 400 pratiques appartenant à la médecine douce: l’acupuncture, l’ostéopathie, l’homéopathie, la sophrologie, la phytothérapie et la chiromancie en font partie. La médecine douce référence cependant plus d’une centaine de pratiques, telles que la luminothérapie, l’étiopathie, la thalassothérapie, la naturopathie, etc. Celles-ci sont considérées comme marginale. Certaines pratiques ont recours à des techniques ancestrales pour qu’elles soient compatibles à d’autres médecines traditionnelles. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à visiter le site medecine-alternative.fr.

Pourquoi se tourner vers la médecine douce?

Les médecines douces permettent de profiter d’une multitude de pratiques, choisies selon les besoins. Certaines aident à soulager les douleurs articulaires, de traiter le stress et les anxiétés, de régler les troubles hormonaux ou de sommeil, de soigner les affections, etc. Les médecines alternatives aident également à la lutte contre les addictions et les tics. Elles sont également sollicitées pour gérer les problèmes d’allergie et même d’asthme. Les médecines douces améliorent l’État et le bien-être dans sa totalité. Elles font profiter de soins naturels, exempts de produits chimiques. De plus en plus de personnes n’hésitent pas suivre une formation en médecine naturelle pour en profiter de ses bienfaits.

 Est-il possible de prouver l’efficacité de la médecine douce?

Beaucoup de personnes affirment profiter des bienfaits des médecines alternatives. Pour l’heure, les réels bénéfices de ces pratiques sont difficilement mesurables par des unités de mesure classique et les recherches scientifiques. Les raisons qui poussent les patients à se tourner vers les médecines naturelles sont nombreuses. Le succès sur l’étude de médecine douce repose surtout sur le ressenti des patients. Les analyseurs ont recours aux recherches scientifiques. Les manœuvres scientifiques doivent faire face à plusieurs difficultés qu’il n’est pas évident de manipuler les résultats correctement. Une étude réalisée par Harris Interactive à la demande indique que 86% des Français font confiance à la médecine douce. Un quart des personnes sondées donnent une bonne image des médecines alternatives. 87% des Français indiquent ces pratiques sont utiles pour soigner les maux du quotidien. 83% indiquent qu’elle est efficace pour les traitements sans médicaments. 83% sont également favorables en prévention.  Près de 71% des Français ont déjà fait appel à un praticien en médecine alternative. Ils déclarent en être satisfaits. Seuls 17% ont déclaré douter de l’efficacité de ces pratiques médicinales.  Chaque patient agit différemment face à la médecine douce. Instaurer des critères objectifs semble difficile. C’est par exemple le cas de l’ostéopathie. Il en est même pour l’hypnose prodigué avant l’accouchement. Beaucoup de femmes affirment profiter de l’accouchement avec la technique même si le seuil de la douleur reste le même. Même si la douleur subsiste, ceux qui ont testé la technique éprouvent moins d’émotion négative à cause de la souffrance. Cela confirme-t-il donc l’effet placebo? Chez certains patients, l’acupuncture semble moins efficace. Des essais thérapeutiques ont même démontré qu’une piqûre au méridien n’apporte pas grand-chose. Cependant, beaucoup se confient à la médecine alternative pour soigner certaines maladies chroniques, tels que les problèmes de digestion, le mal de dos, les migraines… Suivre une formation en médecine alternative vous permettra de mieux comprendre l’essence de ces pratiques.